Chargement en cours...
Alex-Mot-à-Mots le 26/08/2017 | Chronique d'un livre

Summer

Summer
Il est beaucoup question d’eaux, de noyades, de corps flottant à la surface de piscines ou de lacs dans ce roman. Tellement, que j’ai bien failli me noyer. Oui, le personnage principal imagine sa soeur disparue telle Ophélie, jeune fille magnifique couchée sur l’eau tel un grand lys. Il en rêve même la nuit, de sa soeur noyée. A tel point que je me suis demandé (vous connaissez mon esprit torturé) si ce n’était pas lui qui l’avait tué et fait disparaître, et refuserai de s’en souvenir. Car Benjamin fréquente les psys depuis la disparition de sa soeur, sans jamais rien leur dire. Mais 25 ans après les événements, une odeur de peinture le replonge en plein drame et une crise de panique le contraint à s’arrêter de travailler pour dépression. Inutile de vous dire que les descriptions de ses symptômes ne m’ont pas passionné. Vous l’aurez compris, je suis restée totalement hermétique à la petite musique de l’auteure, à l’ambiance glauque crée, et je n’ai fini ma lecture uniquement pour savoir ce que Benjamin allait devenir. J’ai tout de même aimé le message de l’auteure : dans les familles, il est important, sinon vital, de se parler. L’image que je retiendrai : Celle de Summer avant de disparaître : une jeune fille blonde en short d’été avec un tee-shirt blanc.
Publié le 26/08/2017 14:01:04 par
3
Il est beaucoup question d’eaux, de noyades, de corps flottant à la surface de piscines ou de lacs dans ce roman. Tellement, que j’ai bien failli me noyer. Oui, le personnage principal imagine sa soeur disparue telle Ophélie, jeune fille magnifique couchée sur l’eau tel un grand lys. Il en rêve même la nuit, de sa soeur noyée. A tel point que je me suis demandé (vous connaissez mon esprit torturé) si ce n’était pas lui qui l’avait tué et fait disparaître, et refuserai de s’en souvenir. Car Benjamin fréquente les psys depuis la disparition de sa soeur, sans jamais rien leur dire. Mais 25 ans après les événements, une odeur de peinture le replonge en plein drame et une crise de panique le contraint à s’arrêter de travailler pour dépression. Inutile de vous dire que les descriptions de ses symptômes ne m’ont pas passionné. Vous l’aurez compris, je suis restée totalement hermétique à la petite musique de l’auteure, à l’ambiance glauque crée, et je n’ai fini ma lecture uniquement pour savoir ce que Benjamin allait devenir. J’ai tout de même aimé le message de l’auteure : dans les familles, il est important, sinon vital, de se parler. L’image que je retiendrai : Celle de Summer avant de disparaître : une jeune fille blonde en short d’été avec un tee-shirt blanc.
Les médias en parlent aussi
Gardez un oeil sur l'actualité
Inscrivez-vous et recevez notre revue hebdomadaire des medias
Chroniques du même auteur